Ford Edge

enfin chez nous aussi

Enfin, Ford lance le SUV Edge sur notre marché, dans une version adaptée à nos exigences, bien sûr, mais uniquement avec le moteur turbo-diesel de deux litres développant 180 ou 210 ch.

Ford a développé l'Edge entièrement lui-même. Des expériences précédentes de collaboration, plus précisément avec le Maverick dont la première génération n'était autre qu'un Nissan Terrano rebadgé et une suivante était dérivée du Tribute emprunté à Mazda qui était alors une filiale de Ford, n'ont connu le succès espéré ni aux USA ni en Europe. Un SUV portant la marque Ford se devait donc d'être un vrai Ford. La marque poursuit ainsi son ambition de fabriquer des "voitures mondiales", des modèles qui sont commercialisés sous le même nom dans le monde entier, une ambition exprimée il y a déjà des années et des années avec la Mondeo (et auparavant même avec la Scorpio), mais qui n'a été réalisée que très récemment.

En alignant l'Edge aux côtés de l'Ecosport et du Kuga, Ford complète sa gamme entièrement 'faite maison' de petits et moyens SUV, et a réussi à élaborer une gamme complète en très peu de temps. A la surprise des spécialistes en marketing et des constructeurs, la demande mondiale pour des SUV continue en effet à augmenter, si bien qu'en quelques années ce genre de crossovers entre berlines/breaks et offroaders sont devenus les poules aux œufs d'or des constructeurs automobiles.

Il n'y a en fait pas grand-chose à dire au sujet du concept, du design et de la finition du Edge. Pour des raisons d'accroissement d'échelle et de gestion des coûts de développement, la voiture partage sa plateforme et le plus possible de composants mécaniques avec la Mondeo et la S-Max. La ligne de la carrosserie est fluide mais sans réelle inspiration, à l'intérieur on trouve des plastiques durs qui surprennent désagréablement dans une voiture de cette catégorie de prix, et cela vaut aussi pour le simple cache-coffre qui se déroule et se fixe assez difficilement dans les fentes prévues des deux côtés des montants arrière du toit. Ce sont des détails, mais qui ne devraient pas apparaître dans une voiture de ce prix. Quand on veut se mesurer à un Range Rover Evoque (pour ne citer qu'un seul modèle de référence), on doit pouvoir mieux faire.

Nous n'avons pas pu vérifier si c'est la même chose dans les pays environnants, mais en Belgique l'Edge est proposé uniquement avec le moteur diesel et toujours en traction intégrale, alors que sur le marché américain il est aussi disponible avec le moteur essence deux litres turbo de 245 ch (que nous connaissons dans la Focus ST). Un moteur diesel qui, surtout en version 210 ch et combiné à la boîte automatique, présente un caractère très agréable et même sportif, mais cela s'est traduit par une consommation de 8,7 l/100 km lors de notre parcours d'essai dans les environs de Munich. - LDR

LDR
Tags: